Les enseignements des Worlds et Les playoffs du LoL Open Tour


 

 

Samedi dernier, Invictus Gaming s’imposait (3-0) contre Fnatic en finale des mondiaux de League of legends, conclusion d’une compétition où les lignes entre les régions se sont enfin resserrées. Bilan et perspectives.

 

Une Corée du Sud vieillissante à domicile

 

C’est la grande surprise de ces Mondiaux de League of Legends.

Si dominante ces dernières années, championne cinq fois de suite ( avec SKT, en 2013, 2015 et 2016 ; Samsung en 2014 et 2017), à domicile, la Corée du Sud a Disparu de la compétition au stade des quarts de finale. Certes, son champion national et l’un des favoris du tournoi, Kt Rolster, a été éliminé par le futur vaiqueur – Invictus Gaming – dans une finale avant l’heure (les demies et la finale, la vraie, on été expéditives) mais la formation de Gen.G, tenante du titre et anciennement Samsung, et Afreeca Freecs ont montré une image bien pâle de leur région. Au point qu’une partie des fans ont imploré le retour de Lee “Faker”Sang-hyeok.

 

Bousculé par une meta actuelle qui récompense la prise de risque, le style plus posé, méticuleux, tactique, sud-coréen a failli. Saura-t-il se renouveler en 2019?

La Montée en puissance de Griffin au cours des derniers mois, qui a écouché d’un rien à se qualifier pour les Worlds en jouant la carte de l’agressivité, est un premier élément de réponse.

 

La fin de saison approchant on peut se demander la prochaine direction de la future meta…

 

L’Europe, l’occasion manquée ?

 

En plaçant deux équipes dans le dernier carré – G2 et Fnatic – et avec un Vitality passé à une victoire de sortir du groupe de la mort, l’Europe a, elle, plutôt profité de l’évolution du style de jeu… Mais a laissé filer le titre dans une finale à sens unique. A l’issue du premier tour, Paul “sOAZ” Boyer, toplaner français de Fnatic, estimait que ces mondiaux consituaient “la meilleure chance de sacre pour l’Europe” avant une saison de transition : “Avec l’arrivée des franchises, on va sans doute voir les équipes se mélanger et le niveau risque de baisser. Cette édition, c’est la plus importante pour nous avant probablement deux ans”. Une occasion manquée?

 

Malgré cela, l’Europe aura un nouveau statut à assumer en 2019 : celui de prétendant sérieux. Avec les Worlds à domicile – et une finale à Paris – cette transition se devra d’être rapide.

 

La Chine triomphe, mais pas celle qu’on attendait

 

Après deux finales perdues en 2013 et 2014, probablement un peu trop sous-estimée ces dernières années, la Chine a enfin remporté le titre suprême. Mais alors qu’on attendait RNG, vainqueur de toutes les compétitions auxquelles cette équipe a participé cette saison et en quête d’un Grand Chelem inédit aux Worlds, c’est Invictus Gaming qui l’a emporté en proposant le style de jeu le plus agressif du tournoi, grâce à des joueurs mécaniquement impressionnants. Après avoir perdu en finale du championnat national, IG a pris une belle revanche. La Chine sera la région à battre en 2019.

 

Défait en quart de finale par les Européens de G2 Esports, Uzi (RNG), deux fois finaliste et considéré par beaucoup comme le meilleur joueur du monde avant la compétition, devra lui, encore patienter. Pourtant, 2018 a été son année…

 

Mais aussi…

 

Si l’Amérique du Nord a réalisé son meilleur résultat dans un Mondial avec la demi-finale de Cloud9 le tournoi a été plus difficile pour 100 Thieves et Team Liquid, éliminés dès les phase de groupes. Mais contrairement à l’Europe, la région a opéré sa transition vers le système de franchises cette saison.

 

Une petite déception enfin : le niveau assez faible des autres régions. La LMS n’a placé aucune équipe en playoffs et les Wild-cards dont le Vietnam, qui revendique pourtant des milliers de joueurs, ont été dépassées. Si l’écart entre la Chine, la Corée du Sud, l’Europe et même l’Amérique du Nord s’est réduit, le reste du monde a encore du travail pour rattraper ses aînés.

 

LOL OPEN TOUR PLAYOFFS ?!

 

Les playoffs du LoL Open Tour commence dans quelques jours, et c’est l’occasion de couronner un nouveau champion après Millenium l’année dernière, qui a gagner 3-0 face à GamersOrigin.

 

Un Duel Fratricide !

 

Dès le premier tour la structure Solary affronte son équipe jumelle dans les playoffs dans un match anticipé et avec de gros enjeux. Dans une méta qui favorise le style plus agressif de Solary, on peut s’attendre à un faceoff et à un match plutôt sanglant.

Dans tous les cas la structure aura une équipe dans le second tour et affrontera RoG-Esport !

 

Le Second obstacle vers un exploit ?

 

Conclusion de l’année pour RoG-Esport qui encore une fois cette année a recruté de nombreux nouveaux talents Français. Le collectif cette année est extrêmement solide avec notamment le jeune prodige Français Brian “Bando” Ferrando. L’équipe collectionne en effet les mauvais tirage durant les dernières compétitions en affrontant Gamers Origin trop tôt dans la compétition. On peut s’attendre à un très beau match entre la Structure Solary et RoG-Esport et une potentiel finale face à Gamers Origin ?

 

L’objectif étant principalement de montrer ce que les joueurs peuvent faires aux recruteurs pour repartir de plus belle à la prochaine saison avec un nouveau roster.

 

Supremacy/MIF l’underdog qui a su trouver sa place

 

Créée au début du LoL Open Tour pour la Lyon Esport, la structure leader par Sacha “Abuzorus” Grazjground a su trouver sa place rapidement en se plaçant dans le top 8 français, battant même GamersOrigin en BO1 durant sa première lan.

 

Décrié à ses débuts la structure a continué de faire parler d’elle et de montrer de bon résultats à travers la France avec un roster fixe. A la fin de la saison dernière (Terminant par l’occitanie esport) la structure a dut trouver un moyen de garder ses joueurs. C’est le moment qu’ils ont choisi pour rejoindre la structure Supremacy.

 

Ils ont même étaient récemment invités à Eaubonnes en tant qu’équipe star, événement qu’ils ont gagnés. Depuis la structure stagne un peu avec quelques bons résultats. On ne sait pas sous quel jour nous retrouverons les joueurs durant ses playoffs mais on peut s’attendre à du gros niveau de la part de Supremacy.

 

Vitality au sommet de sa forme ?

 

Avec de très bon résultats dernièrement Vitality a les yeux rivés sur la coupe, malgré une défaite face à LDLC à la PGW – elle score une victoire face à GamersOrgin 3-1 durant l’étape capitale. L’étape capitale étant un tournoi online qui a remplacé l’événement supposé à Marseille lors du Hero Festival.

 

On peut se demander si l’équipe vitality arrivera à performer durant les playoffs étant eux aussi offline jusqu’à la finale.

 

LDLC arrivera t’il a se transcender ?

 

L’équipe LDLC vise depuis longtemps la qualification aux Masters comme GamersOrigin avec son roster international et son manager/coach décoré. L’équipe à gagner les 2 derniers tournois offline. La Solary Cup lors de la PGW 2018 et la Valenciennes Game Arena le moi dernier. L’équipe est “on a roll” tant qu’il s’agit de tournoi offline, mais ce n’est pas le cas de leur match qui sera online. Leurs dernières performances dans des tournois online étant très contestables avec une défaite face à Konix eSport. En fin de méta et de saison on peut s’attendre à tout de la part de ce collectif de talent pour la dernière compétition avant le mercato.

 

Gentside la surprise de l’année

 

Avec un début explosif cette année et une victoire durant la DreamHack Tours face à Vitality – Genstide a su s’imposer sur la scène française comme réel numéro 2 et contender sérieux au titre. Ajouté à ça un top 5-8 lors des EM 2018 Summer Main Event. Cela dit depuis la Dreamhack ils n’arrivent plus à faire une percé jusqu’à la victoire. Ils sont aussi bon en tournoi offline, qu’online. C’est un collectif équilibré et solide qui n’a subit aucun changement depuis de nombreux mois.

 

GamersOrigin vers une victoire toute tracé ?

 

L’année dernière GamersOrigin a perdu en finale des playoffs du LoL Open Tour, cette année elle est plus prête que jamais en ne comptant que 3 défaite en bo3 et bo5 cette année. Elle n’a malheureusement pas réussi les EM 2018 Summer Main Event en ayant le potentiel de la gagner mais compte bien à Disney cette année réussir à gagner son titre de meilleure équipe de de France !

 

 

 

EvenementNewsSpotlight

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

non nec consequat. commodo lectus ipsum nunc